Articles en Vrac, Fêtes, évenements spéciaux, Ma vie...

Cousinade au saucisson sec

Hello tout le monde !


Il y a longtemps j’ai écrit en gros une sorte de vlog : pendant mon weekend j’écrivais sur mon phone (oui je dis « phone ») avec un style un peu bizarre, et je racontais mes aventures…
Je sais pas vraiment pourquoi mais j’ai beaucoup aimé faire ça !
Du coup hop, je fais pareil, je vais vous conter sur le moment mon weekend en France pour la cousinade. La cousinade qu’est-ce que c’est ? Et bien c’est une sorte de gros regroupement de tous les cousins d’une partie de la famille, et on fait la fête. En général on a un thème de déguisement et la famille qui le veut (´peut y’en avoir plusieurs) fait un petit spectacle, ou un gateau, une danse, bref plus c’est original mieux c’est !
Et devinez qui se donne en spectacle tous les ans ! Moi ! Avec ma famille bien sûr…
Du coup je vous réserve à vous aussi un peu la surprise ;)
Bon, trêve de bavardages, c’est parti !!

Dans l’avion, 18h :

Après avoir fait une heure de métro dans la joie et les gens en sueur (et mon humour dévastateur), je suis enfin dans l’avion pour Marseille !
C’est un tout petit avion qui tremble comme pas possible mais du coup c’est chouette !
À côté de moi il y a un anglais gigantesque qui doit courber le dos pour rentrer dans sa place ! Comparée à lui on dirait que je fais 1m20… Déjà que je ne suis pas très grande… ils étaient obligés de me mettre à côté de lui ? Ne le prenez pas mal Monsieur, hein, je vous aime bien !
J’écoute de la musique, je mange des M&Ms (aaaaaaaah placement de produit ! Ha. Ha.) et je dors. Ma partie préférée dans prendre l’avion c’est le décollage, du coup après je m’ennuie un peu.
Parmis les hôtesses de l’air il y a un garçon qu’on pourrait croire avors 15 ans, tout blond, avec un uniforme clairement trop grand pour lui et un air totalement perdu ! C’est rigolo, il sourit à tout le monde sans rien dire, hyper gêné. Peut-être qu’il est en stage ?
Je me répète en boucle le nom de la ville où on va : Poët-Laval. Poët-Laval. Poët-Laval. C’est vraiment bizarre comme nom, non ? Et puis surtout je me demande comment la destination à été choisie…
« Bon qui a une idée de lieu pour la fête de famille ?
– Oh, ben moi j’irais bien à Poët-Laval !
– Poët-Laval ?
– Il paraît que leur patrimoine culturel est impressionant !
– … Bon. Bah va pour Poët-Laval, alors… Même si… C’est bizarre… Comment tu as eu cette idée au juste ? »

Dans la voiture, 19h30

On a pris on jolie petite voiture de location (oui parce qu’on a pas de voiture, et que d’ailleurs si on en avait une on ne l’aurait pas emmenée) et nous voilà sur la route de (roulements de tambours…) Poët-Laval !
Comme d’hab on fait la liste des prénoms pour ne pas être largués et surtout pour pouvoir dire gaiement : « Oh, Nicolas ! T’as vraiment pas changé en 4 ans ! Vous habitez toujours à Nantes ? » (Pas mal, hein ?)
Je fais un concours pour retrouver le nom du mari de Marie. J’ai proposé Joseph mais personne n’a rigolé.
Je dors encore un peu.
Il est 20h50 (heure anglaise) donc presque 22 ici à… Dieulefit ! Oui, oui, nous sommes dans une ville nommée Dieulefit.
Sachez bien que je ne veux blesser personne en me moquant des noms de ces villes, ne venez pas m’assassiner, vous, habitants d’Espeluche (la ville des bisounours), de Casselancienne (Dédé, tu sais quoi faire de l’ancienne…), de Souspierre (sous qui
??), ou de Puitlegros (tout est dit)…
Forcément à la fin on se paume et on fait au moins trois fois de ce village qui en fait est LE Poët-Laval (de gougne, c’est LE Poët-Laval… de gougne), pas n’importe lequel !
Bon ben c’est officiel. On est perdus. Dans le Poët-Laval. De gougne.
J’essaie de détendre l’atmosphère en racontant des histoires de zombie (c’est VRAI qu’il y a un chevalier fantôme à Vieuxvillages : je l’ai vu !) mais à part faire peur à ma petite sœur et stresser ma mère je ne sert pas à grand-chose…
Oh, un chevreuil !

Soirée :

On y est !
À peine arrivés les gens nous sautent dessus en criant : « Ah, les [nomdefamille], les [nomdefamille] !! Enfin ! »
On est applaudis, nourris, questionnés. Tout le monde veut avoir des nouvelles de Londres, tout le monde veut nous embrasser. Et quand y’a 70 personnes ça fait beaucoup.
On m’installe à côté d’un grand-oncle sourd comme un pot et le crâne bourré de préjugés. Faîtes-moi penser à réparer cette injustice à l’occasion…
Je retrouve aussi mes cousinous, dont les plus jeunes sont déjà au lit. Le reste  m’accueuille et on se raconte un peu nos vies. Un peu. Et on joue aux cartes. Un peu.
Mais bon je suis creuvée donc je ne tarde pas à me rendre dans mon dortoir.

Samedi

Je me réveille à 9h avec la tête qui résonne (forcément, quand on s’est couchée à 3h…) dans mon pitit dortoir.
Je dois aller prendre ma douche.
Pour vous donner une idée le domaine est un genre de grand terrain avec plein de toutes petites maisons à trois chambres chacune environ. Les douches sont partagées, non pas entre gens du même bengalow mais bien dans des sortes de vestiaires pour tout le domaine. Youhou.
Je me douche donc, puis je pars déjeuner.
Puis je pars en ballade à Dieulefit, ce petit village tout mignon dans les collines.
Je rentre, je mange.
On organise un cache-cache-chat avec les petits, du coup on court pendant une heure.
On fait un Avalon, le meilleur jeu au monde, puis un giga-match de foot.
J’adore les gros matchs en famille, c’est toujours super diversifié, mes petits cousins et cousines font leur maximum pour avoir les compliments des adultes, on fait des codes et surtout je me donne à fond (il faudra que je vous raconte l’histoire de moi, Elsie et les Shifters un jour) !
On gagne. Je re-prend une douche.
Puis mon père organise une réunion très sérieuse sur l’avenir de la maison de vacance partagée en Corse. J’y vais, je contribue au maximum.
Et puis « Poof ! » Ça y est, c’est l’heure de se déguiser : la soirée commence.
Il y a apéro et puis c’est à notre tour. Toute ma famille est habillée en saree, à la mode indienne, et c’est donc devenu le thème de notre spectacle : une danse de bollywood !
J’ai le trac !
Mais je danse.
Et je danse.
Et je danse.

Dimanche

Je me réveille sans aucune idée de l’heure qu’il est avec une faim de loup qui peut sûrement s’expliquer par le fait que je n’ai absolument rien mangé hier soir.
Pour vous donner une idée on a dansé environ jusqu’à 4h (et encore, lorsque j’ai regardé l’heure pour la dernière fois), et on s’est bien marés, mais là je ne sens plus mes pieds.
Je me lève en grimaçant pour cause de courbatures et mal de crâne et je m’en vais dehors pour me doucher en tremblant comme une feuille.
C’est froiiiiiiiiid !!
Ensuite je vais manger avec mes cousins qui bizarrement ne se sont pas réveillés 2h après moi…
Ah, on me dit dans l’oreillette qu’il est déjà midi. Re-Youhou.
Du coup on rigole, on fait une partie d’Avalon puis on doit commencer à dire au revoir au gens.
Je déteste dire au revoir.

Et voilà chers amis, je me suis arrêtée là d’écrire parce que je pensait que ça allait vraiment pas être intéressant…
Pour info je suis rentrée chez moi à minuit ou presque avec de super souvenirs !
J’espère que vous aimez ce genre d’article, et si non, ben je peux savoirs ce que vous faîtes encore ici ?!
Vous n’êtes pas beaucoup c’est vrai (la plupart de mes visites sont de moi, Elsie et Apie ^^) mais vous êtes gentils. Je vous aime bien.

PS: Oui, en effet je suis NULLE en matière de fin d’articles…

Une réponse à “Cousinade au saucisson sec”

  1. Le 2016 Lundi nov 14 à 20 h 16 min Elsie a répondu avec... #

    Eh, t’es une ‘tite joueuse avec tes noms de ville ! De mon côté, j’explose des records avec ma « Villeperdue », croisée sur un bord de route de Touraine !

    Bon, D’ACCORD, les tiens sont pas mal aussi.

    Dernière publication sur Les Ateliers d'Elsie : Ma vie avec Liry 8: La grande aventure pokémonesque

Ajouter votre réponse

Nicolastucespresentateur |
Alexander7siu1oblog |
Agence23h30 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | neobux
| Go to sleep's fan
| Real-World drug addiction S...